Mémoire piégée de Nicci French

Nous sommes au mois d’octobre, Jane est bientôt divorcée de son mari, Claude Martello. Elle a décidé de construire une dépendance sur la propriété de ses beaux-parents. Mais en creusant, on découvre le corps de Natalie, disparue depuis plus de 25 ans.

A partir de ce moment-là, Jane part à la dérive mais parce qu’elle est sur la quête de la vérité. Savoir pourquoi sa meilleure amie, celle avec qui elle a vécu son enfance, a été tuée et pourquoi elle a été enterrée si près de la maison.

Ce n’est pas à proprement parler un policier même si nous avons une enquête pour savoir qui a tué Jane.

Pour ma part, je trouve que ce roman s’attache à la psychologie des personnages. Et ils sont légion puisque nous avons affaire à deux familles qui ont vécu ensemble la plupart du temps ensemble, dont les enfants ont passé leurs vacances ensemble. Jane a été amoureuse de Théo avant d’épouser Claude.

On assiste donc à la vie de Jane qui se retrouve seule, sans ses enfants puisqu’ils sont devenus grands. Mais elle veut continuer à rester dans cette famille avec qui elle a vécu la majeure partie de sa vie. Mais une famille qui a de nombreux secrets et qui tourne autour d’Alan, le patriarche, qui a publié un livre dans ses jeunes années et qui a rencontré le succès très tôt.

Au début, avant son analyse, Jane tente de se raconter une histoire mais elle veut savoir ce qui s’est passé ce jour-là. Une plongée avec son thérapeute l’y ramènera mais cela correspondra-t-il à la réalité tant recherchée ? En tous les cas, Jane veut faire toute la lumière, quitte à s’attirer les foudres et la colère de ceux qui l’ont aimé.

Entre la recherche du succès pour les uns, la mort, l’amour, tout est ambigüe. Car les familles ont des secrets à cacher et ces deux-là ne font pas exception à la règle.

La fin est amenée de main de maître par les auteurs tout comme tout le roman, la quête. Cette plongée dans le passé se fait au fur et à mesure de plus en plus noire. L’ambiance fait monter l’angoisse de Jane et la notre. On sent qu’elle n’a plus le temps, que sa santé mentale et physique (elle fume beaucoup, elle mange mal) sont en jeu.

Mais n’est-elle pas manipulé par son thérapeute ? La thérapie pour plonger dans le passé est différente suivant les personnes qui s’en occupent. En effet, tout ce qui concerne le cerveau, ce qui est enfoui, les trous noirs pour oublier sont interprétés différemment. On peut donc avoir affaire à des personnes qui croient dur comme fer à ce qu’elles avancent et à celles qui se basent réellement sur la science et non sur le ressenti ou les sentiments. Car des personnes peuvent en souffrir pour diverses raisons. En pensant avoir retrouvé la mémoire, Jane pense être libérée mais elle se rend compte que ce n’est pas le cas. Elle réfléchit et la découverte de son journal lui fait prendre conscience que tout ne s’est pas déroulé comme elle l’a raconté. C’est une course contre la montre qui s’engage dans les dernières pages. Je pense que Jane n’a quand même jamais été en danger.

Publicités

Un commentaire sur « Mémoire piégée de Nicci French »

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s