Le tragique du fou de Joëlle Delange

Isabelle habite Paris mais est nostalgique du climat, des paysages de sa Provence. Elle travaille comme assistante du docteur Slimane dans un hôpital. Le docteur est chirurgien, il exige qu’elle assiste aux opérations, qu’elle l’aide, il aime à la dégoûter par ses paroles et ses gestes. Cet homme est sujet à des accès de violence inhabituels envers ses patients en salle d’opération, d’attentes, envers ses collègues. Il est attiré sexuellement par Isabelle qui en joue car elle a des relations avec toute la gente masculine. Elle est manipulatrice, séduisante.

Isabelle reçoit des roses rouges depuis 6 mois, toujours à la même date qui correspond à son jour anniversaire. Elle ne sait pas de qui elles viennent. Elle s’interroge et prend peur.

L’hôpital, pour éviter, des enquêtes judiciaires, paie lorsque le docteur Slimane dérape envers trois de ses patients. Il est toutefois protégé par l’Etat, les Franc-Maçons jusqu’au dérapage. Il est toutefois suspendu et on découvre qu’il est atteint d’une tumeur au cerveau.

Isabelle est devenu le jouet de Mario, son petit ami, qui est lui aussi médecin dans le même hôpital. Après avoir été charmant avec elle, il remplace Slimane par sa violence, son mépris, ses mensonges envers Isabelle. Elle traîne un passé d’enfant et de jeune fille pas sûre d’elle, ayant subi la violence de sa famille, le désamour. Bien que manipulatrice envers ceux qui la connaissent très peu, elle se laisse dominer dans ses relations, surtout cette relation « amoureuse » jusqu’au geste fatal.

Une relation bizarre entre cette femme et ces deux hommes faite de peur, de désir, de colère, de sexe, de jeu, de violence.

Un médecin affreux qui est dégoûté de la médecine, alcoolique, drogué à cause de ses migraines. Il veut posséder Isabelle, imagine ce qu’il ferait pour elle, la combler de cadeaux, l’emmener en voyage…

Isabelle a une imagination fertile et pour sortir du quotidien trop dur à vivre pour elle, elle s’invente un monde. Elle accepte que Mario la batte, lui trouvant des excuses, devenant par là même une femme battue, pardonnant même et vivant dans la terreur. Elle accepte qu’il lui mente jusqu’à ce qu’elle apprenne la vérité et là elle ne peut pas faire face et se retrouver seule à nouveau.

Mais on est passé un peu du coq à l’âne. Rien ne nous était dit concernant cette relation auparavant. On savait qu’ils se voyaient mais rien ne nous laissait entendre qu’ils vivaient ensemble jusqu’à ce que cela soit écrit.

Quelques fautes de vocabulaire glanées ici et là plus beaucoup de problèmes d’impression. Impossible de lire un livre dans ce cas-là. La page 102 est une page qui correspond au début du livre. Donc il manque une page pour suivre la page 101. Même cas pour les pages 132 et 133.

L’histoire est pas mal amenée même si à mon avis cela reste un peu brouillon.

Merci à Obiwi de m’avoir permis de lire ce roman.

7 réflexions sur “Le tragique du fou de Joëlle Delange

  1. J’avais envie de lire ce roman en lisant la quatrième de couverture mais après avoir lu ta critique l’envie est vite retombée.
    Je ne supporte pas avoir des pages pas à la bonne place dans un livre (ça arrive très rarement oui, mais ça arrive !)

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.