Récit ordinaire d’un Bordelais imaginaire d’Anthony Descours

Le mot de l’éditeur nous indique que l’on sera happé par ce récit de chauvinisme d’un fan improbable pour un club. Humour et intelligence de ce supporter. Descours a-t-il réussi le pari avec nous aussi bien qu’avec son éditeur ? Nous rendre le monde du football plus accessible pour faire de nous de véritables supporters ?

4 ans de gestation ont suffi, pour ce jeune garçon, pour devenir le véritable supporter bordelais qui explose lors des confrontations Bordeaux/Marseille ou tous les matchs bordelais. Le double incontrôlable d’un être humain.  Son premier souvenir remonte à la finale de la coupe de France de 1986 et le Mondial. Il pratique le football et va commencer au début de sa passion à tout collectionner et écouter tous les matchs à la radio (n’importe où, n’importe quand, quitte à passer pour un timbré) et regarder à la télé Télé Foot. Cette passion l’entrainera à tout noter, tout répertorier, lui donnant une très grande culture footballistique.

Le Bordelais est donc un personnage imaginaire. Va-t-il prendre le pas sur le personnage réel ? Oui et non. Il y aura toujours Anthony – qui n’est pas du tout Bordelais – qui laissera son double prendre le contrôle lors des matchs, lors de ses rencontres avec d’autres supporters. Il vivra sa passion intensément, mais il aura toujours le respect des autres, car avant tout c’était un jeune garçon. Il a su vivre sa passion sans tomber dans la mégalomanie incontrôlable du supporter (même s’il se fait chambrer et chambre les autres). Il y a toujours un profond respect envers les autres. Bien que le foot soit toute sa vie, il a aussi aimé le basket où il sera reconnu par ses connaissances techniques. Nous avons de très beaux portraits de joueurs, tels que Zidane. Nous avons aussi des références à Indochine, aux moments clés de l’actualité suivant les années. Sa passion l’a aidé dans sa vie quotidienne puisqu’elle peut nous faire apprendre en géographie, … Mais il apprend aussi que l’on ne vit pas avec le passé car ce dernier est toujours enjolivé et ne correspond plus toujours avec la réalité, les gens et les mentalités changeant. Anthony est avant tout lucide sur ce sport.

J’ai bien aimé ce livre qui m’a fait rire, sourire, m’a permis de retrouver des informations que je connaissais déjà, même si le football n’est pas une passion. Mais, je suis avant tout Bordelaise, même si je vis à Marseille. Chauvine par contre, car Bordeaux restera toujours dans mon coeur. Par contre, le foot à Marseille, cela ne m’intéresse pas. Le foot, lorsqu’il véhicule les bonnes valeurs, est un sport où règne l’amour du jeu, la camaraderie, le respect de l’adversaire – comme en rugby.  Mais il est « bouffé » par l’argent, par le départ à l’étranger de très bons joueurs Français.

Après la lecture de ce récit, suis-je mordue de foot ? Non, pas du tout.


2 réflexions sur “Récit ordinaire d’un Bordelais imaginaire d’Anthony Descours

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.